La recherche TRATSO Aquitaine est conduite en collaboration avec la recherche HAULMIP Midi-Pyrénées.

http://haulmip.hypotheses.org/

 

Le contenu de ce site relève de la législation française sur la propriété intellectuelle et est la propriété exclusive de l'éditeur. Les œuvres figurant sur ce site peuvent être consultées et, pour certaines, reproduites sur un support papier ou numérique sous réserve qu'elles soient strictement réservées à un usage personnel, soit scientifique ou pédagogique excluant toute exploitation commerciale. La reproduction devra obligatoirement mentionner l'éditeur le nom du site l'auteur et la référence du document.

Le texte de la proposition à l'AAP validé et financé par le Conseil régional d'Aquitaine figure en pièce jointe.

À partir du XIXe siècle la « révolution touristique », comme système d’innovation radicale, a accompagné les révolutions industrielles, jusqu’à la révolution contemporaine du développement durable, en y instillant d’emblée les ferments de la société post-industrielle. La recherche retranscrit les trajectoires des stations et de leurs aires touristiques (mutations des vocations, nouvelles implantations, villes-champignons, phases de création, d’extension ou même actuellement de « désarmement » touristiques) au prisme des dynamiques de l’innovation et des tensions d’aménagement. Elle trace cette perspective sur la longue durée, articulant moyen et long termes du XIXe au XXIe siècle. Il s’agit d’y faire le point sur les ancrages territoriaux des systèmes d’acteurs (stakeholders) des lieux touristiques et sur leur articulation avec les différents territoires supports dans le grand Sud-Ouest français avec des points de comparaisons dans la péninsule ibérique et en Afrique du Nord.

 

On y analyse le passage d’un système artisanal puis fordiste, fondé sur l’investissement et l’aménagement de lieux fonctionnant à l’origine assez largement en isolat, à une organisation où la station devient une des polarités d’un territoire (l’aire touristique ?) et où l’immatériel offre un levier majeur d’innovation : la station n’est plus la seule destination touristique. Les phénomènes de migrations d’agrément (« amenity migrations ») privilégient-ils les zones à forte valeur touristique, les apports de population nouvelle, néorésidentielle (« touriste autochtone ou autochtone touriste ») modifient-ils la construction sociale des territoires en profondeur et de l’ensemble de leur aire touristique ? Dans ce nouveau modèle, la station n’est peut-être plus seulement touristique, elle subirait des modifications en profondeur, deviendrait cette « métastation », aire qui est aussi résidentielle, avec un renouvellement des conflits d’usage et de nouveaux cycles de stratégies foncière, sociale, politique en place.


 

Pièce(s) jointe(s):
Télécharger ce fichier (TRATSO-MSHA-01-2013.pdf)TRATSO-MSHA-01-2013.pdf[Développement complet du programme de recherche TRATSO]509 Ko