Imprimer

L’objectif du projet Protée-U ne se limite pas à la production de connaissances scientifiques sur la conduite de changement complexe. Il est également de soutenir ces changements par des dispositifs de valorisation des connaissances disponibles. Le volet Valorisation de ce programme n’est donc pas une activité secondaire, mais une activité importante, en étroite imbrication avec l’activité de recherche.

Quand le chercheur mène son activité de recherche, sur le terrain qu’il étudie, avec l’intention de soutenir par la connaissance les processus étudiés, il devient partie intégrante des processus et participe des évolutions de l’organisation. C’est le principe de la « recherche-action », qui est au cœur du programme Protée-U. Peut-on aller plus loin ? D’autres activités sont-elles envisageables pour tirer au mieux parti d’activités de recherche pour soutenir des processus de changement complexe ? C’est la question qui a été posée en filigrane de toutes les réflexions menées pendant l’étude de faisabilité, et qui a conduit au dispositif de valorisation présenté ici. Partant des activités « classiques » en valorisation de la recherche en SHS que sont l’expertise, la consultance et la formation, la réflexion a fait émerger deux autres voies, qui ont pris finalement une place essentielle dans le dispositif de valorisation présenté ici : la réalisation de représentations et d’analyses topographiques/typologiques des trajectoires de changement des institutions d’ESR, et le développement d’un référentiel de compétences en conduite de changement complexe. Ces deux voies pourront alimenter les activités de transfert de connaissances/compétences, qui constituent la troisième voie de valorisation de Protée-U.

Ces trois voies présentent un avantage déterminant pour la réussite du programme Protée-U : elles peuvent être mises en œuvre dès 2015 en appui sur le jeune réseau déjà constitué, et produire une valeur utile aux établissements de l’ESR dès la première année de vie de Protée-U. Autre point positif, elles constitueront des « moteurs » dans le développement du réseau.

Une ligne s’est dégagée des réflexions, concernant les publics cibles : la nécessité de favoriser la coopération entre des communautés potentiellement divergentes ou en clivage potentiel, dans une optique de soutien à la conduite des changements (par exemple les communautés administrative et académique). Il s’en suit que les activités de valorisation devront être mises en œuvre dans un objectif de mixité des publics.

 

Détails: | Mis à jour : 30 mars 2015