• Sur les 21 réponses, 18 sont d'équipes françaises, 3 d'équipes situées dans des pays de l'espace européen (Belgique, Espagne, Suisse)
  • Sur les 15 réponses associant plusieurs chercheurs :
    • 3 associent des chercheurs sur au moins 2 sites différents
    • 12 associent des chercheurs localisés sur un même site 
    • Aucune réponse n'a été reçue de la région Ile de France.
  • Sur les 71 répondants, on compte des chercheurs sur :
    • 3 sites français ayant déjà fusionné (Bordeaux, Aix-Marseille, La Lorraine)
    • 2 sites étrangers concernés par des fusions (Lausanne, Hiroshima)
    • 2 sites en cours de fusion (Rennes, Grenoble)
    • 2 sites avec des projets de COMUE sans fusion (Toulouse, Besançon, Grenoble)
    • 1 site étranger sans fusion (Louvain)
  • 61 des 71 répondants (86%) sont sur des sites universitaires concernés par des processus de concentration

 

Répartition géographique des répondants

 

 

Conclusions
Les répondants travaillent à 87% sur le territoire français. Leur répartition sur les sites géographiques montre que l’émergence de la communauté Protée s’opère en province. 86% des répondants sont localisés sur des sites touchés par des processus de concentration institutionnelle. Les répondants couvrent des sites concernés par des types de concentration distincts.

 > retour à la rubrique Réseau V1