Médecin et poète, né à Gaillac (Tarn) le 4 octobre 1765, mort à Bordeaux le 8 février 1820.

Entra dans la congrégation des pères de la Doctrine chrétienne et professa avec succès dans plusieurs collèges jusqu’en 1787, époque à laquelle il quitta la congrégation et s’établit à Bordeaux comme professeur.
En 1789, il entreprit l’étude de la médecine sur les conseils du Dr Lafon; admis dans la Société de médecine de Bordeaux le 22 août 1798, il en fut le président en 1811. Devint en 1803 docteur en médecine de la faculté de Paris; vice-directeur de l’Ecole de médecine de Bordeaux en 1815, en fut nommé directeur en 1819 et y acquit une grande réputation. Membre de l’Académie de Bordeaux en 1813 et lauréat de celle des Jeux Floraux de Toulouse. Caillau publia de nombreux travaux de médecine et de littérature dont la liste ne contient pas moins de quatre pages dans le C.R. de la Commission des monuments historiques de la Girironde, 1853, p.71.

Référence

Edouard Féret, Statistique générale du département de la Gironde, t.3, Biographie, Bordeaux-Paris, Feret et Fils, G. Masson, Emile Lechevalier, p. 114.

Chercher dans le dictionnaire des acteurs de l’éducation

  • par période