Robert Arambourou

Né le 9 Aout 1914 à La-Roche-Posay dans la Vienne et mort à Hastingues le 30 Novembre 1989, Robert Arambourou était un professeur et un préhistorien.
Par ses chantiers de fouilles menés avec rigueur et selon les critères scientifiques actuellement en vigueur, Robert Arambourou, en véritable précurseur, a profondément contribué à faire avancer la recherche préhistorique dans les Landes.
Très jeune dans la région de Châtellerault où il a passé son adolescence, Robert Arambourou fut attiré par la préhistoire. Après une longue captivité, il fut nommé professeur d’histoire et de géographie à La Réole où il se familiarise avec le paléolithique supérieur qu’il étudie notamment sur le site du Trou de la Chèvre à Bourdeilles (Dordogne) et qui lui permet en 1962 de soutenir, sa thèse L’évolution des industries au Trou de la Chèvre à Bourdeilles (Dordogne), publiée en 1965.
En 1956, il est nommé professeur au lycée de Dax, découvre peu après la falaise de Duruthy près de Sorde-l’Abbaye et désormais va se consacrer à l’étude de ce site, de l’outillage et de tout le matériel de l’art magdalénien qu’il mettait à jour lors de fouilles régulièrement menées.
Robert Arambourou ne se contente pas de découvrir du matériel souvent exceptionnel, comme les structures en ronde bosse du magdalénien moyen (vers – 12000) représentant des chevaux, en particulier un grand cheval agenouillé, sculpté dans du grès, trouvé en 1961; mais il crée et aménage avec des moyens financiers dérisoires le musée départementale d’Arthous, à Hastingues, dans l’ancienne abbaye Prémontrés, léguée en 1963 au département des Landes.
Parallélement, il publie, à partir de 1958, le résultat de ses recherches non seulement dans le Bulletin de la Société de Borda, mais dans d’autres revues scientifiques, comme le Bulletin de la société préhistorique française. La bibliographie de ses publications dressée par Jean-Claude Merlet montre le rôle exceptionnel joué par Robert Arambourou pour la connaissance des origines de la région landaise. Il rédige enfin une synthèse de près de trente ans de recherches sur l’archéologie préhistorique et protohistorique dans les Landes, dans le premier chapitre du tome 1 (p. 43 – 72) de Landes et Chalosses, ouvrage collectif publié en 1983 et 1984, sous la direction de Serges Lerat.
Certes, il avait une préférence pour le Pays d’Orthe mais son rayonnement couvrait tout le département des Landes et débordait sur le Béarn et le Pays Basque si proches de Duruthy.
Robert Arambourou était doté d’une forte personnalité, certains le craignaient; il se montrait en effet sévère quelquefois, car il ne pouvait pas admettre la médiocrité. Par contre ses amis le respectaient et appréciaient « l’honnête homme »: il faisait preuve d’une grande modestie et d’un désintéressement total, refusant tout honneur et toute publicité. Robert Arambourou était aussi un excellent pédagogue et tous ceux qui l’écoutaient, lors de la visite du musée d’Arthous ou de celle d’un site préhistorique, découvraient avec curiosité ce monde mystérieux du paléolithique qu’il savait décrire et raconter avec compétence et simplicité.
Ses cendres ont été dispersées sur le chantier de fouilles Duruthy.

Référence

Publié sous la direction de Bernadette Suau, Mémoire des Landes, Dictionnaire biographique, Comité d’études sur l’histoire et l’art de la Gascogne, Mont-de-Marsan, 1991, p.27.

Chercher dans le dictionnaire des acteurs de l’éducation

  • par période