Quand Pau était un grand village

Lo Pau d’aqueth temps qu’èra un gran vilatge.

Que s’i crotzava, a la sason, un tropèth de crabas dab lo shiulaire aussalés, cataus atelats de vacas rojas cobèrtas de lhèitèras a randas bluas e cada matin, ua vielhòta de Lons que’ns portava la lèit dab un carreton destimborlat e un aso qui’s hicava a bramar quan avè  de tròp  a attender a l’anèth de la plaça de la Rèina Margarita. (…)

A ! B’èra donc amistós lo camin de Sent Cricq en 1924 !

Mès que calè pensar a las causas seriosas , e Mossur Bolhèrça que ns’atendè devant lo portau e que ‘ns balhava un chirat a l’aurelha au passatge : “Plus vite que ça crapauds ! ”.Qu’avè lo peu blanc com la nèu d’Urdòs e de Lescun on èra vadut, ua barbicheta aguda, lo nas e las maishèras d’un beròi roge e sustot, lunetas negras e espessas qui l’estujavan la mirada. La vèsta de quate botons haut botoada, lo còl de celluloid, la caravata ahroncilhada, lo futre (pr’amor qu’èra un Mossur!) que representava entà nosauts lo principi de la sciéncia e de l’autoritat e que ‘m pruden enqüèra las aurelhas, cinquanta ans après!

Le Pau de ce temps-là était un grand village ; On y croisait , à la saison, un  troupeau de chèvres, avec le siffleur aussalois, charrettes attelées avec des vaches rouges couvertes de draps à rayures bleues et chaque matin une petite vieille de Lons nous portait le lait avec une charrette branlante et un âne qui se mettait à braire lorsqu’il avait trop attendu attaché sur la place de la Reine Marguerite.(…)

Ah qu’il était agréable le chemin de Saint Cricq en 1924 !

Mais il fallait penser aux choses sérieuses, et Monsieur Bolhèrça nous attendait devant le portail et nous pinçait l’oreille au passage : « plus vite, crapauds !» Il avait les cheveux blancs comme la neige d’Urdos et de Lescun où il était né, une barbiche pointue, le nez et les joues d’un beau rouge et surtout, des lunettes noires et épaisses qui cachaient son regard. La veste à quatre boutons, boutonnée haut, le col en celluloïd, la cravate froncée, le chapeau de  feutre (car c’était un Monsieur) il représentait pour nous le principe de la science et de l’autorité et mes oreilles me brûlent encore cinquante ans après.

                                                              Roger Lapassada, actes du colloque d’Orthez 15 mars 1997, édité par François Pic, centre d’étude de la littérature occitane, ed. William Blake and Co.

Exploitation pédagogique

  1.  Com es presentat lo Pau de la debuta deu sègle vintau
  2.  Com èra lo camin deu licèu, segon l’autor ?
  3. Quau es la relacion qu’avèvan los liceans dab lor cap d’establiment ?
  4. Creatz un blòg per presentar lo vòste establiment : podetz descríver lo camin que hètz cada matin, l’environament e illustrar dab quauques fòtòs o videòs originaus deu parçan.

Roger Lapassade

Roger Lapassade est né en 1912 à Aussevielle en Béarn. Elevé par sa grand-mère il entend le béarnais dans son village natal tout au long de son enfance. Il part ensuite faire ses études à Pau pour devenir instituteur. Il a enseigné  la plus grande partie de sa carrière à Orthez, dans le premier puis le second degré. Prisonnier pendant la guerre de 39-45, c’est dans un stalag qu’il se réapproprie sa langue au contact d’autres occitanophones. Il commence au retour à écrire en Occitan .Dès 1960, il fonde l’association Per Noste (qui se consacre  essentiellement à l’édition et la diffusion d’œuvres en occitan).

  • Prose

Sonque un arríder amistós (1975 et réédition 1985)  Per Noste edicions

Ua sason en país bramader (1988) Per Noste edicions

  • Poésie

Los camins deu cèu (1971, rééd. 1984) Per Noste edicions

La cadena (1997) Per Noste edicions

Mots de Noste (édition posthume dirigée par Marilis Orionaa, 2002) Per Noste edicions

Compréhension orale

Compréhension écrite