MSHA

Maison des Sciences de l'Homme d'Aquitaine


Panier 0


Pôle Edition Diffusion et Communication



Sémiotique et écritures urbaines

BEYAERT-GESLIN Anne

Nb de pages:
154
Date:
2022
Thème:
Médias et TIC

18.00 €

Publication disponible
Ajouter au panier
  • Résumé
  • Abstract
  • Auteur
  • Informations

Dans les dernières années, les écrits se sont multipliés sur les murs de nos villes : « Aux femmes assassinées, la nation indifférente », « Les gilets jaunes vaincront », etc. L’ouvrage se consacre à ces écritures urbaines aux statuts politique mais aussi poétique ou amoureux, pour comprendre comment elles signifient et donnent sens à la ville. Douze chercheurs sont réunis pour cette étude interdisciplinaire qui fait dialoguer, autour de la sémiotique, les sciences de l’information et de la communication, les sciences du langage, l’anthropologie visuelle, l’histoire, la philosophie de l’art et de la culture, notamment. Les contributions soulignent la dimension conflictuelle de ces écrits qui, paradoxalement, participent à la construction d’un territoire et d’une identité.

In recent years, writings have multiplied on the walls of our cities: "To the murdered women, the indifferent nation", "The Gilets jaunes will win", etc. The book is dedicated to these urban writings with political but also poetic or romantic status, in order to understand how they signify and give meaning to the city. Twelve researchers have come together for this interdisciplinary study which brings together, with semiotics, the information and communication sciences, the sciences of language, visual anthropology, history, the philosophy of art and culture, especially. The contributions underline the conflicting dimension of these writings, which, paradoxically, contribute to the construction of a territory and an identity.

Marianne Cailloux (marianne.cailloux@univ-lille.fr) est maîtresse de conférences à l’Université de Lille (laboratoire GERIICO). Après un doctorat en histoire médiévale soutenu en 2014, elle est recrutée en Sciences de l’information et de la communication à l’université de Reims en 2015, avant d’être mutée à Lille en 2018. En 2021, elle publie un livre à partir de sa thèse remaniée, « Peindre, voir et croire dans les Alpes », sur les phénomènes culturels liés à la peinture murale religieuse en milieu alpin. Ses travaux s’articulent au croisement de l’histoire culturelle des images, de l’anthropologie visuelle et des sciences de l’information et de la communication des médias. Ses recherches portent sur les représentations socio-culturelles à travers l’iconographie et sur les réceptions et fonctions des images. Elle travaille actuellement sur les circulations artistiques, les trajectoires professionnelles et les phénomènes de transculturation autour de l’image. Publications récentes : « Circulation of depictions and inter-media communication: iconography transference between wall paintings and religious theatre in the western Alps », Theatrum historiae, 2021, 28, p. 7-33 ; « La ritualisation de l’image mémorielle dans l’espace domestique : l’exemple de l’ensemble gravé de la Maison Tracq à Bessans en Maurienne (1630ca-1840ca) », in Augeart P. (dir.), Rituels de la vie privée et publique du Moyen Âge à nos jours, Paris, Garnier, 2021, p. 209-224 ; « Voir la religion dans les Alpes à la fin du Moyen Âge : peintures murales et altérités culturelles », Questions de communication, La religion sous le regard du tiers, 2020, 37, p. 63-88.

Ludovic Chatenet (ludovic.chatenet@u-bordeaux-montaigne.fr) est docteur en Sciences du langage (spécialité sémiotique), enseignant à l’Université Bordeaux Montaigne et membre associé au MICA (EA4426) dans l’Axe Image, Design, Espace et Médiation. Ses travaux, articulant sémiotique et anthropologie, portent principalement sur l’étude des cultures et l’émergence de leur singularité au travers de leurs productions imagées et symboliques ainsi que sur les dynamiques de traduction inter- et intra-culturelles. Les dernières thématiques abordées concernent la médiation scientifique et plus particulièrement l’utilisation des données de la science (savoir) par le discours journalistique (datadesign, infographies, discours de vulgarisation) mais aussi la constitution des collectifs par l’appropriation de l’espace urbain.

Céline Cholet (celine.cholet@uco.fr) est docteure en Sciences de l’information et de la communication, maître de conférences à l’Université catholique de l’Ouest et chercheuse au sein du Centre de recherche Humanités et Sociétés (CHUS). Elle est aussi chercheuse associée au laboratoire Médiations, informations, communication et arts (MICA) de l’Université Bordeaux-Montaigne et membre du Groupe d’Études et de Recherche (GER) « Communication, environnement, science et société ». Elle travaille sur les représentations du vivant non-humain (linguistiques, visuelles, sonores), et particulièrement sur les plantes. En outre, elle s'intéresse à la médiation et à la circulation des savoirs à partir de dispositifs médiatiques, numérique entre autres.

Marion Colas-Blaise (marion.colas@uni.lu) est professeur émérite à l’Université du Luxembourg. Elle a publié seule ou en collaboration de nombreux ouvrages collectifs et articles en sémiotique littéraire et visuelle, en linguistique de l’énonciation, en stylistique, en pragmatique et en analyse des discours. L’accent est mis sur les notions d’énonciation et de ré-énonciation, de créativité et d’invention, en relation avec l’art, l’environnement naturel, les institutions et les collectifs. Elle codirige la revue de sémiotique Signata – Annales des sémiotiques. Annals of Semiotics et elle est dans le comité éditorial de la collection « Sigilla » (Presses de l’Université de Liège). Parmi ses publications récentes : Les Déictiques à l’épreuve des discours et des pratiques (codir. A. Biglari), Paris, Classiques Garnier, 2021 ; « Re-» : répétition et reproduction dans les arts et les médias (codir. G. M. Tore), Paris, Mimésis, 2021.

Michele Dentico (michele.dentico@uniroma1.it) est doctorant à l’université de Rome « La Sapienza ». Il s’intéresse principalement à l’étude des phénomènes sociaux et de l’utilisation collective des espaces urbains, avec une attention particulière aux conflits culturels, en adoptant une perspective ethnosémiotique. Il a abordé des sujets variés dans ses recherches, des supporters de football dans les stades aux rassemblements de rave, en passant par la migration de l’éducation en présence vers des formes d’« apprentissage à distance » enregistrées lors de la pandémie de coronavirus.

Maria Giulia Dondero (mariagiulia.Dondero@uliege.be) est directrice de recherches du Fonds National de la Recherche Scientifique (F.R.S.-FNRS) et enseigne la sémiotique visuelle à l’Université de Liège. Elle est l’auteure de quatre ouvrages : Les Langages de l’image. De la peinture aux Big Visual Data (Paris, Hermann, 2020) – dont une version augmentée a été publiée sous le titre de The Language of Images. The Forms and the Forces (Springer, 2020) –, Des Images à problèmes. Le sens du visuel à l’épreuve de l’image scientifique (avec J. Fontanille, Pulim, 2012 ; trad. angl : The Semiotic Challenge of Scientific Images. A Test Case for Visual Meaning, Legas Publishing, 2014) ; Sémiotique de la photographie (avec P. Basso Fossali, Pulim, 2011) et Le Sacré dans l’image photographique. Études sémiotiques (Paris, 2009). Elle a publié une centaine d’articles en français, italien, anglais, dont certains ont été traduits en portugais, espagnol et polonais. Elle a dirigé vingt-cinq ouvrages collectifs et numéros spéciaux de revue sur la photographie, l’image scientifique et la théorie de l’image, dont récemment « Signifiant et matière : l’iconicité et la plasticité dans le document numérique verbal et visuel », Semen 49 (avec M. Colas-Blaise et E. Pelard, 2021), Les Discours syncrétiques. Poésie visuelle, bande dessinée, graffitis (Presses universitaires de Liège, 2019, avec S. Badir et F. Provenzano). Elle est co-fondatrice et directrice de la revue Signata Annales des sémiotiques / Annals of Semiotics et co-directrice de la collection Sigilla.
Elle a été Visiting Professor dans plusieurs universités dont l’UNESP (São Paulo), l’Institut National d’Anthropologie et d’Histoire (INAH) à Mexico, l’Université Panthéon-Assas Paris 2, au Celsa Sorbonne Université et à l’université de Turin. Elle est également Secrétaire générale de l’International Association for Visual Semiotics (IAVS) depuis 2015. Une bonne partie de ses travaux sont disponibles en open access à cette adresse : https://frs-fnrs.academia.edu/MariaGiuliaDondero

Norma Discini (normadiscini@usp.br) est professeure « livre-docente » (HDR) au Département de Linguistique de la Faculté de Philosophie, des Lettres et des Sciences Humaines de l’Université de São Paulo (USP), pour le programme de master et de doctorat en sémiotique. Elle a exercé des fonctions de professeure invitée, au programme de master et de doctorat en études linguistiques, à l’Institut des Lettres et de Linguistique de l’Université Fédérale d’Uberlândia, dans l’État du Minas Gerais, et de chercheuse, au Conseil national de Développement Scientifique et Technologique (CNPq). Elle a effectué un stage postdoctoral en France, à l’Université Paris 8, avec le concours de la Fondation pour le soutien à la recherche de l’État de São Paulo (FAPESP). Outre nombre d’articles et de chapitres scientifiques, Norma Discini est l’auteure des ouvrages suivants : O estilo nos textos et Corpo e estilo, publiés avec le soutien de la FAPESP, A Comunicação nos textos et Intertextualidade e Conto Maravilhoso.

Christophe Genin (christophe.genin@univ-paris1.fr) est professeur de philosophie de l’art et de la culture à l’Université Paris 1-Panthéon-Sorbonne. Ses recherches portent sur les « identités réfractaires » telles qu’elles s’exposent dans les œuvres d’art nobles ou populaires, ou dans les pratiques culturelles. Elles questionnent, d’un point de vue herméneutique et critique, le rapport entre réflexivité et altérité, les représentations et discours établis, l’ensemble des effets d’autorité et les divers processus de reconnaissance au regard des media et des conditions matérielles de production et de diffusion. Elles se prolongent en une perspective anthropologique, interrogeant les effets induits par les rencontres des cultures. Il travaille sur l’art urbain, le kitsch, l'art au féminin, le multimédia, l'interculturalité et la laïcité.

Alexandre Lansmans (a.lansmans@uliege.be) est doctorant au sein du Centre de Sémiotique & Rhétorique à l’Université de Liège. Associé au projet de recherche « Rhétorique de la ville » (FRS-FNRS, 2020-2024), sous la direction de François Provenzano, il alimente la cartographie en ligne Textures urbaines (texturb.uliege.be), qui présente une collection photographique de plus de trois mille écritures de rue à Liège. Sa thèse s’intéresse particulièrement aux rapports entre la ville contemporaine et l’imaginaire de la « vie ».

Patrizia Laudati (patrizia.laudati@univ-cotedazur.fr) est professeure des Universités à l’Université Côte d’Azur et chercheure au Laboratoire SIC.Lab Méditerranée. Docteure en Sciences de l’information et de la Communication, par ailleurs Architecte et spécialiste en Projet Urbain, elle a été de 2008 à 2020, directrice adjointe du laboratoire de recherche DeVisu Design Visuel et Urbain de l’Université Polytechnique Hauts-de-France. Directrice du domaine scientifique Architecture et Urbanisme chez ISTE éditeur à Londres. Ses travaux portent notamment sur la réception et la médiation architecturale et urbaine, par une approche à la fois transdisciplinaire SHS/SPI et sémio-pragmatique. Elle développe et encadre des travaux relatifs aux transformations des territoires et des pratiques spatiales, liées aux nouvelles technologies de l’information et de la communication. Visiting Professor au DIDA Département d’Architecture de l’Université de Florence (Italie), elle est intervenue, en France et à l’étranger dans de nombreux autres établissements de formation en architecture ayant une approche communicationnelle.

Maria Caterina Manes Gallo (maria-caterina.manes-gallo@u-bordeaux-montaigne.fr) est professeure en Sciences de l’information et de la communication à l’Université Bordeaux Montaigne. Ces préoccupations de recherche concernent différents aspects de la notion de « représentation » lorsqu’appliquée à la communication humain/machine et à la communication interpersonnelle humaine. Elle a travaillé sur la modélisation de connaissances pour le Traitement Automatique de la Langue Naturelle Écrite et sur les dynamiques verbo-gestuelles sous-jacentes aux interactions orales impromptues (indications d’itinéraires urbains piétons) et finalisées (entretiens semi-directifs). Parmi ses publications : Intelligence Linguistique : Le couple sémantique -pragmatique et le calcul du sens des énoncés élémentaires (2003) avec J. Rouault, Identification de..., Dé-identification : entre traces et fictions (2018) et Images de soi, Images de l’autre. Du dédoublement fictionnel de soi à l’intériorisation de valeurs collectives (2021).

François Provenzano (francois.provenzano@uliege.be) est professeur en Sciences du langage et Rhétorique, et membre du Centre de Sémiotique & Rhétorique de l’Université de Liège. Ses intérêts de recherche actuels concernent la critique rhétorique des discours, la sociosémiotique urbaine et l’étude des imaginaires linguistiques (avec le collectif Lttr 13). Il a publié notamment Vies et mort de la francophonie, une politique française de la langue et de la littérature (Les Impressions nouvelles, 2011), Manuel d’analyse de la presse magazine (Armand Colin, 2018, avec le collectif « Presse-magazine : source et objet d’histoire »), Les Discours syncrétiques. Poésie visuelle, bande dessinée, graffitis (PULiège, 2019, avec Sémir Badir et Maria Giulia Dondero). Il co-dirige la revue Signata – Annales des sémiotiques et est membre du Conseil de la langue française en Fédération Wallonie-Bruxelles. Il est impliqué actuellement dans des projets de recherche collectifs concernant les rhétoriques de la ville, la politique des ambiances urbaines et l’éducation aux médias. Liste bibliographique (avec plusieurs textes en libre accès) : https://tinyurl.com/mfnuz44t

Nb de pages:
154
Date:
2022
Code ISBN:
978-2-85892-633-6
Code MSHA:
P476