MSHA

Maison des Sciences de l'Homme d'Aquitaine


Panier 0


Pôle Edition Diffusion et Communication



Publics vulnérables et écosystèmes numériques

Entre fractures, inclusions et innovations

PINÈDE Nathalie, LESPINET-NAJIB Véronique

Nb de pages:
376
Date:
2022
Thème:
Médias et TIC

22.00 €

Publication disponible
Ajouter au panier
  • Résumé
  • Abstract
  • Auteur
  • Informations

La crise sanitaire sans précédent que nous connaissons depuis 2020 a mis en exergue de très fortes inégalités en France, dont les inégalités numériques (territoriales, sociales, économique et techniques). Les risques de fractures et d’inclusion en lien avec le numérique restent donc des questions vives et plus que jamais d’actualités.
Le programme de recherche « Fractures corporelles, fractures numériques. Enjeux, risques, solutions », financé par la Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine » s’intéresse depuis 2016 à ces problématiques. Dans ce cadre, le colloque final du projet, intitulé « Publics vulnérables et écosystèmes numériques : entre fractures, inclusions et innovations » s’est tenu en distanciel les 2 et 3 juin 2021 et s’est articulé autour de cinq sessions thématiques (Enseignement, Accessibilité, Usages, Inclusion, Outils et innovations) et d’une session Posters. Ce colloque a permis de faire émerger des recherches et des initiatives multiples, croisant les points de vue des chercheurs et des professionnels de terrain ainsi que les regards disciplinaires (sciences de l’information et de la communication, cognitique, droit, sociologie, philosophie, sciences de l’ingénieur, etc.). Les actes proposés à travers cet ouvrage donnent un aperçu de la richesse de ces échanges.

Liste non exhaustive

Thècle Alix. Maîtresse de conférences à l’ENSAM, chercheure au laboratoire IMS (UMR 5218 CNRS) puis I2M (UMR 5295 CNRS), ses thèmes de recherche concernent la conception des systèmes produits-services et des infrastructures et réseaux d’acteurs qui les sous-tendent, dans une logique d’économie de la fonctionnalité. Dans le domaine de la santé, elle adresse plus particulièrement la modélisation des parcours de soins afin d’en améliorer leur coordination.

Jean-Marc André. Université de Bordeaux INP, Laboratoire IMS (UMR CNRS 5218).

Amaël Arguel. Maître de conférences en psychologie cognitive et ergonomie à l’Université de Toulouse Jean-Jaurès et membre du Laboratoire CLLE (UMR 5263 Université de Toulouse - CNRS), ses recherches portent sur l’utilisation des technologies numériques pour les apprentissages. En outre, il a été chercheur en informatique médicale au sein de l’Australian Institute of Health Innovation à l’Université de Nouvelle-Galles du Sud (UNSW) à Sydney, où il a contribué au développement et à l’expérimentation de solutions en ligne pour l’accompagnement de patients souffrant de maladies chroniques.

Floriane Balssa. Ingénieure en Cognitique, Ergonomie et Facteur Humain, spécialisée dans l’étude et l’analyse des comportements humains, elle s’intéresse principalement aux problématiques du handicap et de l’accessibilité numérique. Ingénieur d’études sur le projet de recherche « Fractures numériques, fractures corporelles » (MSHA), elle s’est attachée à comprendre le rapport au numérique des personnes en situation de handicap.

Samuel Benveniste. Docteur en informatique (MINES ParisTech) et Directeur technique du Broca Living Lab, il se consacre depuis 2007 à la conception d’outils numériques pour l’accompagnement des personnes atteintes de troubles cognitifs et de leur entourage. Il a reçu en 2010 le Prix Charles Foix pour la création de MINDs, jeu vidéo musicothérapeutique à destination des personnes atteintes de maladie d’Alzheimer ou apparentée. Spécialiste de l’approche Living Lab, il est trésorier du Forum LLSA depuis sa fondation en 2012.

Céline Besnard. Infirmière de formation initiale, cadre de santé hospitalière puis directrice d’EHPAD, aujourd’hui consultante, en charge du développement des projets portés par une association gestionnaire d’EHPAD investie dans le parcours des seniors sur son territoire, à ce titre coordinatrice DIAPAR.

Carol Ann Braun. Concepteur de dispositifs multimédia à vocation artistique (installations et « occurrences picturales ») et de plateformes de débat à vocation citoyenne. Expose avec le réseau Réalités Nouvelles (Galerie Abstract Project). Membre du Conseil citoyen Paris 13e à l’initiative de « La Station C » et de son « Street Media Totem », lauréat du Budget Participatif 2019. Membre fondateur de l’Association Concert-Urbain (concerturbain.wordpress.com).

Antonio Capobianco. Maître de conférences HDR en Informatique à l’Université de Strasbourg, l’équipe IGG (Informatique Géométrique et Graphique) du laboratoire des sciences de l’ingénieur, de l’informatique et de l’imagerie – ICUBE (UMR CNRS 7357) et chef du département Métiers du Multimédia et de l’Internet de l’IUT de Haguenau. Spécialiste des Interfaces Homme-Machine, plus particulièrement dans des environnements 3D, il travaille à une meilleure prise en compte des facteurs humains dans la conception des systèmes d’information.

Stéphane Caro. Professeur des Universités, Université Bordeaux Montaigne Laboratoire MICA (EA4426), équipe E3D (Études digitales : des données aux dispositifs).

Quentin Chibaudel. Docteur en ingénierie cognitive de l’université de bordeaux, spécialisé dans les approches de conception centrée utilisateur et de design universel notamment pour les personnes en situation de handicap mental et/ou sensorielle. Actuellement responsable exploitation au sein de COVIRTUA Healthcare, start up qui développe un outil numérique de remédiation cognitive pour des personnes présentant des troubles cognitifs à la suite d’un accident vasculaire cérébral.

Karim Chibout. Maître de conférences en Sciences de l’information et de la communication à l’Université de Strasbourg, intervenant dans les modules de théories de la communication et de psychologie à l’IUT de Haguenau. Associé pour le volet recherche à l’équipe IGG (Informatique Géométrique et Graphique) du laboratoire des sciences de l’ingénieur, de l’informatique et de l’imagerie – ICUBE (UMR CNRS 7357). Il s’intéresse à la perception / réception des médias en général, et de l’image en particulier.

Sophie Dalle-Nazébi. Sociologue et anthropologue (Ph.D), associée au LERASS (Université Toulouse 3), a travaillé au sein de la Société coopérative d’intérêt collectif Websourd, de la Fondation Maison des sciences de l’Homme puis de Paris Telecom sur les modalités de participation sociale et les dispositifs d’accessibilité de personnes sourdes, sourdaveugles et aphasiques, et de manière associée sur les relations entre pratiques de communication, TIC, organisation et rapports sociaux.

François Demontoux. Professeur à l’Université de Bordeaux, chercheur au laboratoire IMS (Intégration du Matériau au Système) et enseignant à l’IUT de Bordeaux (génie électrique et informatique industrielle). Il conduit des recherches pour concevoir de nouvelles aides techniques de compensation du handicap et pour améliorer l’accessibilité numérique.

Louis Frédéric Doyez. Délégué général de la Fédération Française Handisport.

Françoise Dubergey. Professeur des Ecoles, enseignante coordonnatrice APADHE (Accompagnement Pédagogique A Domicile, à l’Hôpital ou à l’École) depuis 2015 au SAPAD des Pupilles de l’École Publique des Landes, elle expérimente depuis plusieurs années avec l’IUT Réseaux et Télécommunications de Mont de Marsan, la mise à disposition de robots de téléprésence auprès d’élèves empêchés. Elle teste des protocoles de présentation des robots aux élèves pilotes, à l’équipe enseignante, à la classe de référence de l’élève et aux services de soins afin de définir les conditions optimales d’acceptabilité par de la médiation numérique, de la médiation pédagogique, un accompagnement technique mais surtout un accompagnement humain.

Clément Dussarps. Maître de conférences à l’Université de Bordeaux (INSPE) en sciences de l’information et de la communication. Ses domaines de recherche concernent la motivation et la persévérance des étudiants en formation à distance, les relations médiatisées en contexte scolaire ou de formation et plus largement les usages numériques dans un contexte formel et informel d’apprentissage.

Alexandre Fakhreddine. Doctorant, Communication, Arts et Spectacles, Université Bordeaux Montaigne, Laboratoire MICA (EA 4426), Axe ICIN.

Sabine Gadrat. Doctorante IRET (Institut de Recherche en Études Théâtrales), Sorbonne Nouvelle-Paris 3. Initialement architecte, elle s’intéresse à l’accessibilité physique (accès aux lieux) et à l’accessibilité culturelle (accès aux œuvres) au prisme de la déficience visuelle. Elle travaille au sein de la Compagnie Les Singuliers Associés et coordonne le développement de Dans Tous Les Sens, recensant les spectacles accessibles aux personnes sourdes/malentendantes ou aveugles/malvoyantes, sur la Nouvelle Aquitaine.

Laurent Gallon. Maître de conférences en Informatique au Laboratoire d’Informatique de l’Université de Pau et des pays de l’Adour, il oriente ses travaux de recherche vers le domaine des Systèmes Cyber-Physiques Éducatifs. Plus particulièrement, il travaille sur l’automatisation des processus pédagogiques au sein de l’Université du futur, appelée Université 4.0. Il s’intéresse aussi à l’utilisation de robots de téléprésence en formation hybride.

Isabelle Gonzalez. Orthophoniste. Spécialisée en communication augmentative dans le cadre de l’aphasie centrée sur l’interaction entre la personne aphasique et son interlocuteur. A créé et développé un logiciel destiné à la création de carnets de communication, le CCOM. A contribué à la mesure de son efficacité par un PHRC (Protocole Hospitalier de Recherche Clinique). A participé, en lien avec la FNAF (Fédération Nationale des Aphasiques de France), à la construction de dispositifs destinés au maintien des interactions sociales des personnes aphasiques (relais téléphonique et urgences 114).

Turkan Hentati. Étudiante en 2e année Master Ergonomie cognitive innovation technologique et facteurs humains. Elle a également un master en neuropsychologie clinique et psychopathologie cognitive. Passionnée par le monde de recherche, elle a participé dans le cadre de ses stages et de sa formation dans différents projets portant sur l’acceptabilité des outils numériques chez les personnes avec troubles cognitifs, l’interaction homme- système en aéronautique et l’apprentissage multimédia chez les seniors.

Samia Humeau Chettouh. Cabinet de rééducation fonctionnelle de l’écriture (45, rue Hériard Dubreuil, 33000 Bordeaux).

Capucine Ibarlucia. Étudiante en Master 2 d’Ergonomie Cognitive, Innovation Technologique et Facteurs Humain à l’Université de Toulouse Jean Jaurès. Actuellement stagiaire UX Researcher et psychologue cognitiviste dans une entreprise qui développe des dispositifs médicaux (application) pour des patients atteints de maladies chroniques.

Baptiste Isabet. Doctorant en psychologie/ergonomie cognitive à l’Université de Paris depuis 2019 et encadré par le Pr Anne-Sophie Rigaud au Broca Living Lab (BBL), il est également diplômé du titre de psychologue mention neuropsychologie de l’université de Paris-Nanterre en 2017. Depuis 2015, Baptiste se spécialise en gériatrie et les nouvelles technologies permettant des prises en charge innovantes des personnes âgées. Durant une période de deux ans à partir de 2017, il pratique également la neuropsychologie au sein de l’hôpital de jour de l’hôpital Broca dans un objectif d’aide au diagnostic des maladies neurodégénératives liées au vieillissement.

Lisa Quillion-Dupré. Directrice scientifique de COVIRTUA Healthcare, société développant des logiciels de santé, et membre associé du Laboratoire Interuniversitaire de Psychologie - Personnalité, Cognition, Changement Social (LIP/PC2S, Université Grenoble Alpes). Ses recherches portent sur l’évaluation de l’utilisabilité et de l’efficacité de logiciels de remédiation et d’évaluation cognitives auprès de personnes en perte, ou à risque de perte d’autonomie cognitive. Plus particulièrement, elle s’intéresse aux difficultés rencontrées dans l’utilisation de ces outils et aux aides efficaces pouvant être fournies, ainsi qu’aux modèles de rééducation efficaces.

Pegdwinde Sonia Kontiebo. Étudiante en recherche en ergonomie à l’Université de Lille ;Ingénierie et Management de la santé. Diplômée également d’un master professionnel en Ergonomie Santé et Développement ; et ergonome junior certifiée. Elle a mené des travaux de recherche sur la thématique du handicap, principalement sur la problématique de l’insertion professionnelle des personnes en situation de handicap en milieu ordinaire et sur la question de leur maintien dans l’emploi.

Henri Kromm. Professeur associé de l’Institut Polytechnique de Bordeaux, chercheur associé au laboratoire IMS (Intégration du Matériau au Système, UMR CNRS 5218) et consultant, il est spécialisé dans la modélisation des systèmes complexes. Il travaille notamment à la modélisation, la mise en œuvre et l’évaluation des dispositifs de coopération et des mécanismes de coordination.

María Inés Laitano. Maîtresse de Conférences en Sciences de l’Information et de la Communication à l’Université Sorbonne Paris-Nord. Ses travaux de recherche s’inscrivent à la croisée des dispositifs numériques, de leur production et de leurs usages. Depuis 2017, elle est coresponsable pédagogique d’un Master en Design d’Interface Multimédia et Internet. Elle pilote aujourd’hui un projet Hubert Curien, en partenariat avec l’Institut de l’Information Scientifique et Technologique de la Havane, portant sur une approche situationnelle de l’accessibilité numérique.

François Lefebvre-Albaret. Informaticien expert en traitement d’images (Ph.D), il effectue sa thèse au sein de l’Institut de Recherche Informatique de Toulouse et rejoint la Société coopérative d’intérêt collectif Websourd. Il y effectue des travaux de recherche et développement sur l’utilisation de l’analyse et de la synthèse d’images pour l’accessibilité de la communication pour les personnes sourdes, sourdaveugles et aphasiques. Il poursuit ses travaux sur le traitement de l’image appliqué aux essais en vol à Airbus.

Anne Lehmans. Anne Lehmans est professeure des universités en sciences de l’information et de la communication à l’université de Bordeaux (INSPE), à l’IMS (responsable de l’équipe RUDII) et associée au MICA (équipe ICIN). Ses recherches portent sur les cultures de l’information. Elle est chargée de mission sur le numérique à l’INSPE et a coordonné le projet E-Fran PERSEVERONS.

Damien Lenouvel. Directeur d’un centre social et d’un tiers lieu numérique à Bischwiller. Spécialiste du développement dans les territoires à faible densité, il est aussi membre de Peuple et Culture sur les questions de l’autoformation des adultes, membre de l’alliance sciences société (rédaction d’un livre blanc) et membre du Conseil Scientifique du dispositif Co3 soutenant les projets de recherche participative (bailleurs : ADEME, Fondation de France, Agropolis, FPH, État, etc.)

Véronique Lespinet-Najib. Maître de conférences HDR en psychologie et cognitique à l’ENSC-Bordeaux INP et rattachée à l’équipe Cognitique et Ingénierie Humaine du laboratoire IMS (UMR CNRS 5218). Elle est spécialiste des usages, de l’accessibilité numériques, et des méthodes de conception (CCU et design universel). Elle est responsable (ou co-responsable) de plusieurs programmes de recherche en lien avec la problématique du handicap : INNOVCARE, HICARE, FractureS.

Evelyne Lhoste. Chargée de recherche hors classe Inrae, rattachée à l’UMR Laboratoire interdisciplinaire sciences, innovations, sociétés (LISIS) Université Gustave Eiffel Marne-la-Vallée. Spécialisée sciences, innovations et sociétés (science and technology studies). Ses recherches portent sur les pratiques collaboratives dans les tiers-lieux et sur la structuration des relations entre le tiers-secteur de la recherche et les établissements d’enseignement supérieur et de recherche.

Nicole Lompré. Ingénieure de recherche CNRS retraitée en 2021, docteur en Psychologie ergonomique. Associée au Laboratoire Transitions Énergétiques et Environnementales (TREE) UMR 6031du CNRS et Université de Pau et des Pays de l’Adour, elle s’intéresse aux usages sur ordinateur. À partir d’une analyse du travail des utilisateurs, de leurs besoins exprimés, elle fait des recommandations pour (re)concevoir des interfaces hommes-machines. Depuis 2005, elle étudie les normes d’accessibilité mises en place sur les sites Web pour les personnes handicapées.

Stéphanie Marty. Maître de Conférences en SIC au sein de l’université Paul Valéry-Montpellier III, et responsable du dispositif de Remédiation (dispositif d’aide à la réussite destiné aux étudiants en première année de Licence), l’auteure s’investit dans la mise en œuvre d’ingénieries pédagogiques innovantes au sein de son département et cherche à enrichir ses pratiques pédagogiques, en initiant une démarche scientifique réflexive, visant tout à la fois à étudier, théoriser, améliorer et valoriser les enseignements dispensés. Elle souhaite ainsi confronter la richesse des pratiques pédagogiques à l’épaisseur des travaux académiques, afin de tisser de fertiles intersections entre pédagogie et recherche.

Rebecca Meddahi. Étudiante en Master Dispositifs numériques éducatifs (Université Bordeaux Montaigne), stagiaire de recherche au sein du projet « FractureS ».

Nicolas Monnier. De formation ingénieur, diplômé du MBA et du MSc Sciences environnementales de l’Université du Michigan (USA), Nicolas a vécu et travaillé en France, aux États-Unis et au Royaume uni. Tour à tour directeur de projet, consultant spécialisé et formateur, il a développé au long de sa carrière une expertise dans la gestion de projet, et intervient très régulièrement auprès d’étudiants de grade Master. Il a co-fondé la société COVIRTUA Healthcare, un éditeur de logiciel dans le domaine médical, dont il est le directeur des opérations.

Mai-Anh Ngo. Ingénieure de recherche CNRS, docteure et HDR droit privé, Laboratoire GREDEG (UMR CNRS 7321 Université Côte d’Azur). Spécialiste du droit du handicap, du droit du sport et du droit de la santé. Auteure de Droit, handicap et bien-être, éditions UGA, 2020.

Nathalie Pinède. Maîtresse de conférences HDR en sciences de l’information et de la communication à l’université Bordeaux Montaigne, chercheuse au laboratoire MICA. Ses recherches portent sur les stratégies et les usages en lien avec les dispositifs info-communicationnels numériques, notamment en lien avec les publics fragiles. Elle est co-responsable du programme de recherche « Fractures corporelles, fractures numériques ».

Maribel Pino. Docteur en psychologie/ergonomie cognitive (EPHE) et directrice générale du Broca Living Lab. Experte en gérontechnologie et méthodologies Living Lab, elle assure la coordination des projets de conception et d’évaluation dans le domaine de la robotique sociale et d’assistance, des interfaces homme-machine (IHM) et de façon générale, des technologiques de santé destinées aux personnes âgées en bonne santé ou présentant des troubles cognitifs. Elle exerce également une activité d’enseignement dans le cadre des différents programmes de formation initiale et continue et assure aussi la coordination du Pôle Sciences Cognitives au Centre Michel Serres (Paris, HESAM Université). Elle a été lauréate du Prix Joël Ménard de la Fondation Alzheimer (2017) dans la catégorie Sciences Humaines et Sociales.

Sylvie Renaud. Professeure d’électronique à l’ENSEIBR-MATMECA de Bordeaux INP, chercheuse au laboratoire IMS (Intégration du Matériau au Système, UMR CNRS 5218). Elle consacre ses travaux de recherche à la Bioélectronique, et plus particulièrement la conception de circuits intégrés traitant les signaux électriques du vivant, ou stimulant les tissus biologiques.

Anne-Sophie Rigaud. Professeur de médecine gériatrique à l’Université de Paris, elle est chef de service et responsable de pôle à l’hôpital Broca (Assistance Publique-Hôpitaux de Paris). Elle coanime le Centre Mémoire de Ressources et de Recherches (CMRR) pour la maladie d’Alzheimer en Ile de France-Sud. Elle est directrice de l’unité de recherche universitaire EA 4468 « Maladie d’Alzheimer, facteurs de risque et prise en charge des patients et des aidants ».

Estrella Rojas. Maîtresse de conférences en Sciences de l’Information et de la Communication à Sorbonne Paris-Nord, laboratoire Labsic. Elle étudie notamment les médiations numériques (champs culturel, scientifique, social) ; les méthodes de design et processus créatifs dans les organisations. Elle a publié Réseaux sociaux numériques et médiations humaines ; le social est-il soluble dans le web ? (Hermès-Lavoisier, 2013) et participe au Réseau international Crea2S - Creative Shift Studies.

Ricardo Ron-Angevin. Professeur à l’école d’ingénieur de Télécommunication à l’université de Málaga (Espagne), chercheur du groupe DIANA (Diseño de Interfaces AvaNzAdos) et responsable du groupe UMA-BCI de l’université de Málaga. Il est spécialiste des interfaces cerveaux ordinateur appliqués aux personnes handicapés et responsables de plusieurs programmes de recherches en lien avec cette thématique : BRAINS, INCADI, LICON, SICCAU.

Mehdi Sbartaï. Enseignant-chercheur professeur à l’Université de Bordeaux à l’IUT génie civil construction durable et à l’Institut de Mécanique et d’Ingénierie (I2M). Son domaine de recherche concerne le développement de méthodologies et d’outils pour la fiabilisation et l’optimisation des mesures de contrôle non destructif pour l’évaluation des propriétés des matériaux. Il a participé à de nombreux projets de recherche au niveau régional, national et européens sur l’évaluation des ouvrages du génie civil (ANR senso, ENDE, DCND, DuratiNET, etc.). Il a publié plus d’une centaine de publications dans des revues, conférences et livres.

Lenny Sulfart. Suite à l’obtention d’une licence en psychologie, Lenny a poursuivi ses études en Master 2 d’ergonomie cognitive, innovation technologique et facteur humain. Ses différentes expériences de stage et de projet s’ancre autour de l’étude des usages et de l’ergonomie des nouvelles technologies pour des personnes en situation de handicap.

Lucrèce Julie Tchikaha Nya. Doctorante en sciences de l’information et de la communication à l’université Bordeaux Montaigne au laboratoire MICA. Ses recherches portent sur l’accessibilité numérique et handicap. Titulaire du Diplôme universitaire « Recherche pour l’éducation numérique » (DUREN) et membre du réseau MIRRTICE, elle est aussi professeur des écoles normales des instituteurs de l’enseignement général au Cameroun.

Bruno Vallespir. Professeur à l’université de Bordeaux, chercheur au laboratoire IMS (Intégration du Matériau au Système, UMR CNRS 5218) et enseignant essentiellement en master de génie industriel. Il est spécialiste de modélisation et ingénierie d’entreprise et a appliqué ces techniques aux systèmes de santé dans le cas de plusieurs projets.

Katia Vasquez. Ingénieure en pédagogies innovantes et coordinatrice pédagogique de la Remédiation à l’université Paul Valéry-Montpellier III. De formation initiale en lettres et langues (Paris IV. Sorbonne), l’auteure poursuit son parcours en SHS (SIC et humanités numériques-UPVM3. Psychologie relationnelle-IFP Montpellier), en formation continue. Ce parcours éclectique l’incline à orienter sa recherche vers la confrontation des pédagogies innovantes au renforcement identitaire et relationnel.

 

Nb de pages:
376
Date:
2022
Code ISBN:
978-2-85892-627-5
Code MSHA:
P470