MSHA

Maison des Sciences de l'Homme d'Aquitaine


Panier 0


Pôle Edition Diffusion et Communication



L’habitat des élites urbaines en Europe à l’époque moderne

FIGEAC Michel

Nb de pages:
268
Date:
2019
Thème:
Politique et élites

23.00 €

Publication disponible
Ajouter au panier
  • Résumé
  • Abstract
  • Auteur
  • Informations

L’intention du petit groupe que nous avions réuni à Bordeaux en janvier 2017 dans le cadre du CEMMC (Centre d’études des mondes moderne et contemporain), composé d’historiens et d’historiens de l’art venant d’universités européennes très variées, était de réfléchir à une synthèse sur les hôtels particuliers et les demeures des élites urbaines à partir d’une succession de livres élaborés en commun. Trois thèmes se sont dégagés au cours de nos échanges qui fourniront l’armature de ce premier ouvrage qui a été élaboré à Poznan en Pologne : l’hôtel et son insertion dans l’espace urbain, les usages de l’hôtel particulier et enfin une série de monographies nationales ou urbaines permettant de saisir toute la diversité de la notion. Au Siècle des Lumières, la demeure n’était certes plus l’apanage de la noblesse mais bien de ceux qui avaient les moyens financiers de la faire construire, que cela soit des nobles d’épée ou de robe, des financiers, des grands bourgeois, bientôt des industriels…  Sorte de châteaux urbains ou de palais à l’italienne selon les référents, ces hôtels étaient un signe de magnificence, d’ostentation, de prestige et un enjeu entre les élites anciennes et les nouveaux riches issus de la bourgeoisie. Le fait d’aller de l’Espagne à la Lituanie et des Provinces-Unies à l’Italie a permis aux auteurs de faire apparaître des similitudes stylistiques à une époque où tout circulait à commencer par les architectes et les maçons mais aussi de dresser une typologie régionale.

Thierry Allain est maître de conférences en Histoire moderne à l'Université Paul-Valéry Montpellier III, et membre du laboratoire CRISES. Spécialiste de l'histoire des Provinces-Unies, il est l'auteur d'une synthèse récente sur ce pays (Les Provinces-Unies à l'époque moderne. De la Révolte à la République batave, Paris, A. Colin, 2019). Après avoir travaillé sur la thématique du déclin en milieu urbain (Enkhuizen au XVIIIe siècle. Le déclin d'une ville maritime hollandaise, Villeneuve-d'Asq, Presses Universitaires du Septentrion, 2015), ses recherches actuelles portent sur la présence néerlandaise en Méditerranée aux XVIIe et XVIIIe siècles, tout particulièrement dans le domaine commercial et diplomatique.

Olivier Chaline, ancien élève de l’ENS, est professeur d’Histoire moderne à la Faculté des Lettres de Sorbonne-Université où il dirige la FED 4124 Histoire et Archéologie maritimes. Ses principales thématiques de recherche portent sur la France des XVIIe et XVIIIe siècles, notamment les parlements, sur l’Europe centrale et sur la guerre maritime et terrestre. Parmi ses publications récentes : La Mer et la France quand les Bourbons rêvaient les océans (Paris, Flammarion, 2016). Il a dirigé le volume collectif Les Hôtels particuliers de Rouen (Rouen, Société des Amis des Monuments rouennais 2002, rééd. 2006) et travaillé sur les quartiers de cette ville proches du port, par exemple, dans « Le navire, le quai et la maison. Circulation des marchandises et espace urbain à Rouen au XVIIIe siècle », dans Caroline Le Mao et Philippe Meyzie (dir.), L’Approvisionnement des villes portuaires en Europe du XVIe siècle à nos jours (Paris, PUPS 2015, p. 169-177).

Albane Cogné est maître de conférence en Histoire moderne à l’Université de Tours, chercheur au CeTHiS (Centre Tourangeau d’Histoire et d’études des Sources, EA 6298) et membre junior de l’Institut universitaire de France. Ses recherches portent sur l’histoire urbaine et l’histoire des élites italiennes à l’époque moderne. Elle a notamment publié en 2017 Patriciat et propriétés urbaines (Milan, XVIIe-XVIIIe siècle) (Rome, École française de Rome). Elle s’intéresse actuellement aux circulations des élites italiennes dans l’espace européen.

Michel Figeac, est professeur d'Histoire moderne à l'Université Bordeaux Montaigne, ancien directeur du CEMMC, il est l'auteur d'une quinzaine d'ouvrages sur l'histoire de la noblesse, de la culture matérielle et de l'Europe Centrale. On citera par exemple une Histoire des noblesses en France éditée en 2013 chez Armand Colin ou en 2017 chez Garnier, le colloque Circulation, métissage et culture matérielle du XVIe au XXe siècle. Il a publié trois ouvrages à la Maison des Sciences de l'Homme d'Aquitaine dont Noblesse française et noblesse polonaise en 2006.

Gloria Franco Rubio est professeure d'Histoire moderne et membre de l'Institut de Recherche Féministe de l'Université Complutense de Madrid. Spécialiste en Histoire de la vie quotidienne et en Histoire des femmes, ses recherches portent sur les conditions de vie matérielles et les formes culturelles dans le quotidien à travers l’analyse de la configuration des espaces de logement et les manières de vivre entre privé et public. Sa publication la plus récente s'intitule El ámbito doméstico en el Antiguo Régimen (Madrid, Síntesis, 2018).

Alexandre Gady est professeur d'Histoire de l'art moderne à l'Université Sorbonne-Université, et enseigne également à l'école de Chaillot et à l'École polytechnique fédérale de Lausanne. Ses travaux portent sur l'architecture et l'urbanisme dans la France des XVIIe et XVIIIe siècles, et plus spécifiquement sur les liens entre architecture et pouvoir royal. Également historien de Paris et du patrimoine, il est l'auteur de nombreux articles et ouvrages sur les hôtels particuliers parisiens, les palais de la monarchie (Versailles, Le Louvre) et les architectes du Grand Siècle. Parallèlement à ses recherches, il assure également des commissariats d'exposition touchant à l'histoire de l'architecture

Nuno Gonçalo Monteiro
est directeur de recherches à l'Institut des Sciences sociales de l'Université de Lisbonne. Ses thèmes de recherche portent sur l'histoire sociale, institutionnelle et politique de l'ère moderne et du premier libéralisme, et sur l'étude comparative et interconnectée de la monarchie pluricontinentale portugaise. Professeur invité dans des universités de différents pays, il a coordonné plusieurs projets de recherche internationaux. Il a publié plus de deux cents titres dont O crepúsculo dos Grandes : a casa e o património da aristocracia em Portugal (2003), coauteur de História de Portugal (10e éd. 2019) et coordinateur de Um reino e as suas repúblicas no Atlântico (2017).

Natalia González Heras
est docteure en Histoire moderne à l’Université Complutense de Madrid. Pour sa thèse intitulée : Servir al rey y vivir en la corte. Propiedad, formas de residencia y cultura material en el Madrid Borbónico, elle a reçu le Prix Extraordinaire du Doctorat. Actuellement, elle est chercheuse postdoc à l’Université Autonome de Madrid dans le cadre de l’Institut universitaire La Corte en Europa. Ses recherches portent sur les élites politiques espagnoles pendant le XVIIIe siècle, leurs parcours dans la Maison royale et leurs conditions de vie matérielle.

Shipé Guri est assistante et doctorante en Histoire moderne à l’Université Libre de Bruxelles ainsi que membre du Centre de recherches sur les Sociétés anciennes, médiévales et modernes (SOCIAMM). Ses recherches s’articulent autour des hôtels aristocratiques bruxellois au XVIIe siècle et des enjeux sociaux, économiques et spatiaux de la noblesse au sein de l’espace urbain. Ses publications ont trait aussi bien aux habitus résidentiels de la haute noblesse des Pays-Bas méridionaux qu'à leur cadre économique et culturel. Elle a édité un recueil intitulé Les Grandes résidences urbaines en Europe (1500-1830) dans la Revue belge de Philologie et d’Histoire (2016) et publié plus récemment un article intitulé « On ne croit pas que je veille à mes affaires, et sais compter. Les finances et le train de vie de Charles-Joseph de Ligne à Bruxelles » (2018).

Éric Hassler est maître de conférence en Histoire moderne à la Faculté des Sciences historiques de l’Université de Strasbourg et chercheur à l’EA 3400 ARCHE (Arts, civilisation et histoire de l'Europe). Ses travaux portent sur les sociétés de cour et les élites nobiliaires dans la monarchie des Habsbourg et le Saint Empire romain germanique (1600-1800) et plus particulièrement sur les structurations socio-culturelles et les mobilités nobiliaires. Il a notamment publié La Cour de Vienne 1680-1740. Service de l’empereur et stratégies spatiales des élites nobiliaires (Strasbourg, PUS, 2013).

Agnieszka Jakuboszczak, est historienne, professeur à l’Université Adam Mickiewicz de Poznań (Institut d’Histoire) en Pologne. Ses champs de recherches portent sur l’histoire des relations franco-polonaises et l’histoire des femmes en Pologne à l’époque moderne. Elle est l’auteur de l’ouvrage Rodzina i rodzinność szlachcianek wielkopolskich w XVIII wieku. Perspektywa kobieca [La famille et la familiarité des femmes nobles de Grande Pologne au XVIIIe siècle. La perspective féminine] (Poznań, Instytut Historii, 2016).

Paul Janssens est professeur émérite de l'Université de Gand (Département d'Histoire). Il assume, par ailleurs, la présidence du Conseil de la Noblesse du Royaume de Belgique, dont il fait partie depuis de nombreuses années. Ses recherches portent sur l'histoire de la noblesse belge dans une perspective comparative. Il est l'auteur de L’Évolution de la noblesse belge depuis la fin du Moyen Âge (Bruxelles, Crédit Communal 1998) et a dirigé entre autres la publication de l’Armorial de la noblesse belge du XVe au XXe siècle (Bruxelles, Crédit Communal, 1992-1994, 4 tomes), de European Aristocracies and Colonial Elites: Patrimonial Management Strategies (Londres, Ashgate Publishing, 2005), de Living in the City: Elites and their Residences, c. 1500-1900 (Turnhout, Brepols, 2008), de Vivre noblement. Les styles de vie de la noblesse belge, XVe-XXIe siècle (Bruxelles, Revue belge de philologie et d'histoire, 2011, p. 337-348) et de Aristocratische residenties (Antwerpen, 2014).

Caroline Le Mao est maîtresse de conférences HDR en histoire moderne à l’Université Bordeaux Montaigne. Ses thématiques de recherche portent à la fois sur les fournisseurs de la Marine de guerre au temps de Louis XIV et sur les magistrats des parlements d’Ancien Régime – en particulier ceux de Bordeaux. Sur cette thématique, elle a édité Chronique du Bordelais au crépuscule du Grand Siècle, le mémorial général de Labat de Savignac (Pessac, PUB, 2004) et elle est l’auteur de Les Fortunes de Thémis. Vies des magistrats du parlement de Bordeaux au Grand Siècle (Pessac, FHSO, 2006) et de Parlement et parlementaires. Bordeaux au Grand Siècle (Ceyzérieu, Champ Vallon, 2007).

Matthieu Magne est agrégé et docteur en Histoire. Ses recherches portent sur les noblesses en Europe centrale à l’époque moderne. Les thématiques sont centrées sur les patrimoines urbains, en particulier les villes thermales, le pouvoir seigneurial et les pratiques culturelles (musique, théâtre, dessin, écriture). Il est chercheur associé au CEMMC (Centre d’Études des Mondes moderne et contemporain, EA 2958) et au CMMC (Centre de la Méditerranée moderne et contemporaine, EA 1193). Il est l’auteur de l’ouvrage Princes de Bohêmes. Les Clary-Aldringen à l’épreuve des révolutions (1748-1848) (Paris, Honoré Champion, 2019).

Bernadetta Manyś, est historienne, maître de conférence à l’Université Adam Mickiewicz de Poznań (Institut d’Histoire) en Pologne. Ses champs de recherches portent sur l’histoire du Grand-Duché de Lituanie à l’époque moderne avec des aspects qui concernent surtout l’espace urbain et de l’histoire de la vie quotidienne dans des villes. Elle étudie égallement l’histoire des femmes aux XVI-XVIIIe siècles. Elle est l’auteur de l’édition des manuscrits de Vilnius du XVIIIe siècle : Wileńskie aniwersarze imienin Augusta III w świetle prasy informacyjnej. Opracowanie i edycja źródłowa (Poznań, Instytut Historii, 2016) et Dwa XVIII-wieczne diariusze wileńskiego kościoła pw. św. św. Janów – edycja źródłowa i opracowanie, vol. 1-2, (Poznań, 2018).

Anne Motta est maîtresse de conférences à l’Université de Lorraine (Metz). Membre du CRULH (Centre de recherche universitaire lorrain d’Histoire, EA 3945), elle a publié Noblesse et pouvoir princier dans la Lorraine ducale (1624-1737) (Paris, Garnier, 2016), et dirigé le volume Échanges, passages et transferts à la cour de Lunéville (1698-1729) (Rennes, PUR, 2017). Ses recherches portent sur le rôle politique de la noblesse, en particulier frontalière, et la culture nobiliaire à l’époque moderne.
 

Nb de pages:
268
Date:
2019
Code ISBN:
9782858924837
Code MSHA:
P442