Les jeunes chercheurs

Le programme "Formes du savoir" souhaite remplir un véritable rôle de formation, en contribuant à insérer les chercheurs en herbe dans la communauté scientifique et en leur donnant l'opportunité de présenter leurs travaux. Il accueille pour cela plusieurs étudiants de Master et de Doctorat qui, tout en poursuivant leurs recherches dans différentes universités, participent aux diverses activités du programme. Il peut s'agir du travail de recherches scientifiques au sein des différents projets (le lexique, le projet "Académie") ou de la participation active aux séminaires, à la fois comme orateurs et comme débatteurs, dans les séances de travail sur texte.

 

Étudiants de Master ou titulaires d'un Master :

- Anne-Laure Babin

Actuellement assistante de français en Angleterre, Anne-Laure Babin a suivi un double cursus de littérature et de philosophie à l’Université Michel de Montaigne de Bordeaux 3.

Après des cours magistraux de Master 1 sur l’histoire des sciences et des techniques qui permettaient d’aborder la littérature de façon nouvelle, il lui a semblé intéressant de mettre en parallèle les différentes formes de discours médicaux à partir du Moyen Âge pour en appréhender les évolutions à la Renaissance. Ses recherches portent ainsi sur l’histoire de l’hygiène du corps et de la diététique à la fin du XVIe siècle et au debut du XVIIe siècle: dans son mémoire de Master 2, dirigé par Mme Catherine Magnien et co-dirigé par Mme Violaine Giacomotto-Charra (soutenu en juin 2011), elle a étudié la notion de “corruption” dans les régimes de santé des médecins à la cour, notamment chez Joseph Du Chesne, Nicolas de La Framboisière et André Du Laurens. Elle analyse en quoi cette notion est le reflet plus général de la définition de la santé et de la maladie et en quel sens elle permet d’envisager le corps, son imaginaire, ses représentations et les façons de l’entretenir. À travers une étude lexicale, sémantique et historique des acceptions du terme de “corruption” et de ses synonymes, j’ai non seulement dégagé des conceptions singulières du corps qui révèlent des inquiétudes grandissantes à la fin de la Renaissance, mais aussi une pratique médicale liée à l’appréhension de la corruption au croisement de l’intime et du public.

 

- Julien Cussaguet :

Julien Cussaguet est étudiant en Master 2 Recherches en Études Littéraires à l'Université Michel de Montaigne Bordeaux 3. Depuis 2008, en complément de ses études de Lettres, et dans le but de professionnaliser son cursus, il effectue un travail bénévole au sein d'une bibliothèque municipale et se forme à ce métier. Il a choisi de consacrer son mémoire de Master (2011-2012) à une édition critique des Chrestiennes méditations de Théodore de Bèze, sous la direction de Mme Véronique Ferrer. Parallèlement à son goût pour la langue et la littérature de la Renaissance, sa curiosité le pousse aussi vers des disciplines aussi diverses que les mathématiques ou les sciences du langage. Travailler sur le fonds de l'Académie des sciences lui permet d'approfondir sa connaissance du métier de bibliothécaire et de satisfaire cette curiosité : après un premier stage d'un mois à l'été 2011 aux Fonds Patrimoniaux de la Bibliothèque de Bordeaux, il poursuit désormais l'enquête, sous forme de stage perlé. Ses recherches, encadrées par l'équipe de programme et les conservateurs des Fonds Anciens (Nicolas Barbey et Louis Torchet), nourrissent directement la rubrique "Académie".

 

- Jessica Thoulouse

Jessica Thoulouse est actuellement agrégative de Lettres Classiques à l’Université Bordeaux III. Elle a consacré ses recherches de master à l’histoire de la médecine, en s’intéressant au Serment d’Hippocrate et plus précisément aux éditions de ce texte fondateur grec de l’éthique médicale à la Renaissance. Elle a travaillé sous la direction de Jacqueline Vons, au Centre d’Études Supérieures de la Renaissance à Tours.

Elle s'est concentrée, dans son mémoire de M1, aux principales traductions latines du Serment d’Hippocrate aux XVIe et XVIIe siècles. Après les avoir recensées et transcrites, elle a tenté de dégager trois grandes groupes de traductions qui suivent principalement l’ordre chronologique.

Dans son mémoire de M2 intitulé « Les entourages textuels du Serment d’Hippocrate (1500-1650) », elle s'est consacrée à l’étude des notes et des commentaires qui accompagnent le texte en conservant le même corpus d’éditions des XVIe et XVIIe siècles.

Parallèlement à ses recherches de master, elle a participé, sous la forme de stages, à la construction de la bibliothèque numérique Uranie, en réalisant les tables de correspondance des premiers ouvrages d’astrologie qui ont été numérisés, en fonction des différentes parties logiques et structurelles des textes, et en effectuant un travail de recensement et de bibliographie destiné à préparer une exposition virtuelle sur le Tractatus de Sphæra de Jean de Sacrobosco. À cette occasion, elle a travaillé en collaboration avec Violaine Giacomotto et Claire-Lise Gauvain.

 

Doctorants :

- Adeline Gasnier

Doctorante en cotutelle de thèse au Centre d’Études Supérieures de la Renaissance de Tours et à l’Université de Liège, mes domaines de recherche portent sur la médecine à la Renaissance, les disputes institutionnelles à la fin du XVIe et au début du XVIIe siècle,et sur l’introduction de l’alchimie dans la pharmacopée à la fin du XVIe et au début du XVIIe siècle. Mon mémoire de Master 2 soutenu en 2010, intitulé Pierre Le Paulmier et la Faculté de Médecine de Paris : de la défense à l'accusation (1603-1609), retrace une querelle peu connue, entre la Faculté de médecine parisienne considérée alors comme très orthodoxe et l’un de ses membres qui chercha a introduire des remèdes « nouveaux », le docteur Pierre Le Paulmier. Mon projet de thèse, Une mise en question de l’orthodoxie médicale à la Faculté de Médecine de Paris aux débuts des temps modernes : l’exemple du Lapis Philosophicus dogmaticorum de Pierre Le Paulmier (Paris, 1608), devra aboutir à la traduction et l’édition du Lapis Philosophicus dogmaticorum, accompagnées d’un commentaire prenant en compte les éléments indispensables pour sa contextualisation et la compréhension des enjeux épistémologiques, doctrinaux et institutionnels mis en œuvre dans ce traité, qui tend à concilier la tradition galénique académique et la spagyrie.

 

- Mila Maselli

Mila Maselli est doctorante à l’UFR LAC en « Histoire et sémiologie du texte et de l’image » à l’Université Paris 7 Denis Diderot, sous la direction de la professeure Françoise Lavocat. Rattachée au laboratoire CLAM, elle s’occupe du genre épistemique des observationes chez le médecin Pierre Potier (1581-1643 ?). Elle s’est aussi occupée des stratégies du secret et du topos du mensonge dans les écrits d’alchimistes français du XVIe siècle : « La Pierre n’est qu’une chose - aspetti di alchimisti francesi del XVII secolo » in Secretum, n.1/2006, Milano, Ed. Melquiadès (http://www.secretum-online.it, publié le 21/10/2006) et, plus récemment, des aspects rhétoriques du plaidoyer de Pierre Paulmier dans sa défense à la Faculté de Médecine de Paris (séminaire : L’éloquence de Pierre Paulmier, dans le cadre du cycle Pratique du dialogue et de la dispute dans les textes médicaux, 1450-1650. Tours, Centre d’Etudes Supérieurs de la Renaissance).

 

ImprimerE-mail