École des chartes - Équipe EA 3624

L’EA 3624 réunit l’ensemble des enseignants - chercheurs de l’École des chartes et se trouve au centre de sa politique de recherche. L’un des axes de recherche interdisciplinaire de cette équipe, défini pour le prochain contrat quadriennal 2010-2013, concerne l’histoire culturelle et s’intitule « Écrire, voir, transmettre : savoirs et usages culturels (XIe-XXesiècles). Le sous-axe « Constitution et transmission de savoirs spécifiques » accueille les projets sur les formes du savoir et leur support, en particulier le livre manuscrit et imprimé. Le livre comme support privilégié du savoir scientifique, à l’aube de la naissance de la science moderne, offre en effet un objet d’étude intéressant et novateur. Entendu dans son acception la plus large, du manuscrit à l’imprimé, il est le produit à la fois de la vie intellectuelle et du monde du livre ; il reflète les avancées des doctrines scientifiques comme les évolutions techniques de l’imprimerie. Les enjeux d’un projet de recherche sur cette question sont donc triples : épistémologiques, culturels et matériels. De tels questionnements invitent à une approche pluridisciplinaire, aux frontières de plusieurs champs d’investigation. Il s’agira de favoriser les approches croisées entre histoire culturelle, littérature, linguistique, épistémologie et esthétique, notamment, en évitant de privilégier l’examen du seul contenu intellectuel des textes, mais en interrogeant la matérialité de la transmission des savoirs. Un corpus de manuscrits et d’imprimés choisis pour leur représentativité dans un champ donné permettra de conduire concrètement les recherches. On appliquera à ce corpus, en les confrontant, deux types d’investigations : une étude des milieux intellectuels, socioculturels et de leurs principaux acteurs sera menée pour mieux cerner les lieux où s’élabore la recherche et se construit le discours scientifique (universités et académies, réseaux savants de la République des lettres, correspondances scientifiques, bibliothèques savantes) ; en parallèle, on évaluera le poids de la production matérielle des ouvrages, de la constitution des officines d’imprimerie et de leur éventuelle spécialisation, en même temps que l’évolution des techniques de reproduction des textes et les progrès de la mise en texte.

ImprimerE-mail