Le concours de l'Académie

Liste des sujets mis au concours entre 1712 et 1791

Liste complétée et vérifiée par Julien Cussaguet

 

Cette liste est en cours de vérification. L'enquête sur les manuscrits a d'ores et déjà permis de faire apparaître un certain nombre de prix exceptionnels qui, jusqu'à aujourd'hui, n'avaient pas été recensés. Le lauréat du prix figure entre parenthèses.

 

Liste des sujets mis au concours, de 1715 à 1791.

 

1715 : Quelle est la cause des variations du baromètre dans les changements de temps ? (Dortous de Mairan).

1716 : Donner l’explication physique de la formation de la glace, de ses divers phénomènes. (Dortous de Mairan).

1717 : La cause de la lumière des phosphores et des noctiluques. (Dortous de Mairan).

1717 : Prix anatomie(1). (Non attribué)

1718 : Expliquer de la manière la plus vraisemblable l’usage des glandes rénales.

1718 : Donner le système le plus probable de l’écho.(Abbé de Hautefeuille).

1719 : La cause de la multiplication des ferments. (Non attribué).

1720 : Quelle est la cause de la pesanteur ? (Bouillet).

1720 : De la transparence et de l’opacité. (Non attribué).

1721 : Donner l’hypothèse la plus probable sur la cause du ressort. (Crouzas).

1722 : Les causes et la nature de la peste. (Pestalozzi).

1723-1726-1736-1767 : L’action des bains et les utilités. (Marteau et Maret en 1767).

1724 : Recherches sur le mouvement. (Non attribué).

1725 : Reproduction des plantes par bouture ou par graine. (Aucune pièce reçue).

1725-1726 : Quelles sont les causes et la nature du tonnerre et des éclairs ? (De Lauzeran du Fech).

1726 : Quelles sont les causes du flux et reflux de la mer ? (Jacques-Alexandre).

1727 : Les causes de la variation de l’aiguille aimantée. (Sarrabat).

1728 : Quelle est la cause de la salure de la mer ? (Sarrabat).

1729 : La nature, l’action et la propagation du feu. (Crouzas).

1730 : Les causes et variations des vents. (Serrabat).

1731 : De la formation du son et de ses diverses modifications. (Non attribué).

1732 : Le magnétisme des corps. (L’abbé de la Quintine). (Mairan ? Sarrabat ?)(2)

1732-1733 : La circulation de la sève dans les plantes. (L’abbé de la Baïsse). (Mairan ? Sarrabat ?)(3)

1733 : La nature de l’air et ses propriétés. (De Lozeran du Fech).

1734 : Formation des pierres. (Non couronné).

1734-1735 : La nature et les causes de la mollesse et de la fluidité des corps. (De Crouzas et Du Fech).

1736 : Les tremblements de terre. (Non attribué).

1737 : La nature et la cause du mouvement des muscles. (Stuart)

1738 : La cause de la diaphanéité et de l’opacité des corps. (Cavallery).

1738-1740 : Fertilité des terres. (Kulbel en 1740).

1739 : La cause de la chaleur et de la froideur des eaux minérales. (Cavallery).

1739 : Si l’air de la respiration passe dans le sang. (Bertier).

1740 : Origine des fontaines et des rivières. (Kuhn).

1741 : De la couleur des nègres, de la qualité de leurs cheveux et de la dégénération de l’une et de l’autre. (Non attribué).

1742 : Électricité des corps. (Des Aguliers).

1743-1745 : La cause de l’élévation des vapeurs et des exhalations dans l’air. (Kratzenstein).

1743-1745 : Origine et formation des pierres figurées qui, tant intérieurement qu’extérieurement, ont une figure particulière et déterminée. (Non attribué).

1744 : Des fonctions et de l’utilité des feuilles soit par rapport aux plantes, soit par rapport aux fruits. (Non attribué).

1746 : Rouillure des métaux et moyens de les en garantir. (Chimbaud).

1746 : Des sécrétions dans le corps humain. (Hamberger).

1747 : Pourquoi certains corps augmentent de poids étant calcinés au feu, ou aux rayons du soleil par le miroir ardent. (Beraut).

1747-1748-1770-1772-1775 : De la meilleure manière de mesurer sur mer le chemin d’un vaisseau indépendamment des observations astronomiques. (Non attribué. Médaille d’encouragement à l’abbé Aubéry).

1748 : Des rapports de l’aimant avec l’électricité. (Beraut).

1749 : Mue de la voix. (Non attribué).

1750 : De la ductilité des métaux et des moyens de l’augmenter. (Tillet).

1750 : Rapports du tonnerre et de l’électricité. (Barberet).

1751 : Nature et formation de la grêle. (Monestier).

1751 : Des médicaments qui affectent certaines parties du corps humain plutôt que d’autres. (Sauvage).

1752-1754 : De la cause qui corrompt les grains du blé dans les épis ; moyens de prévenir cet accident. (Tillet).

1753 : Influence de l’air, suivant ses diverses qualités, sur le corps humain. (Sauvage).

1754-1757-1759 : Principes de la taille de la vigne, par rapport à la différence des espèces et à la diversité des terrains. (Non attribué).

1755 : Influence de l’air sur les végétaux. (Non attribué).

1756 : La meilleure manière de faire les vins, de les clarifier et de les conserver, l’Académie désire que l’on trouve un moyen de les clarifier sans œufs, équivalent à celui des œufs ou meilleur. (Non attribué).

1757 : Cours et transpiration de la sève relativement aux différentes qualités de l’air et aux différents aspects du soleil et de la lune. (Robert de Limbourg).

1758 : Quels sont les meilleurs moyens de faire les prairies dans les lieux secs, et quelles plantes y sont les plus propres à y nourrir le gros et le menu bétail. (Non attribué).

1758-1761 : De la meilleure manière de connaître la différente qualité des terres pour l’agriculture. (Non attribué).

1759 : Quelle est la meilleure manière de semer, planter, provigner, conserver et réparer les bois de chêne ? (Jacobi).>

1760 : Déterminer par des observations et des expériences si la lune a quelque influence sur la végétation et sur l’économie animale. (Beraut).

1761-1763-1765-1766 : Trouver dans la préparation des laines un moyen qui, sans en altérer la qualité, puisse les préserver par la suite de la piqûre des insectes ; ou du moins ; obtenir ces résultats dans les diverses teintures qu’on leur donne, sans endommager les couleurs. (Lazarre en 1766).

1761-1763-1765 : Trouver dans la préparation des laines un moyen qui puisse les préserver pour la suite de la piqûre des insectes. (Non attribué).

1761 : Les éléments des corps sont-ils inaltérables de leur nature, ou se changent-ils les uns dans les autres ? (Non attribué).

1762 : Les opérations électriques sont-elles utiles ou nuisibles dans les maladies du corps humain ? (Non attribué).

1762-1764 : Principes de la greffe, leur application et leur perfectionnement. (Cabanis en 1764).

1763-1765 : Est-il possible de trouver dans le règne végétal quelques plantes du nombre de celles qui croissent en Europe, autres néanmoins que les plantes légumineuses et les blés de toute espèce, qui, soit dans leur état naturel, soit par les préparations dont elles pourraient avoir besoin, pussent suppléer dans des temps de disette au défaut de grains, et fournir une nourriture saine ? (Non attribué).

1764 : Principes à suivre dans le mélange des terres pour les rendre plus fertiles. (Non attribué).

1765 : Formation des montagnes. (Non attribué).

1766-1768-1770 : Genre et caractère des maladies épidémiques qu’occasionne ordinairement le dessèchement des marais dans les cantons qui les environnent ; indiquer les précautions nécessaires pour prévenir ces maladies, et les moyens d’en garantir les manœuvres ; méthode curative. (Fournier-Choisy en 1770).

1766 : Cause des différentes coagulations. (Non attribué).

1767-1769-1773-1774 : L’argile et ses changement, moyens de la fertiliser. (Non attribué).

1768-1769 : De la meilleure manière d’analyser les eaux minérales. (Marteau en 1769).

1769 : Des meilleurs moyens physiques pour détruire le lichen et la mousse des arbres, et les garantir du ravage que leur cause cette espèce de maladie. (Non attribué).

1770-1772-1775 : Quelle est la meilleure manière de mesurer sur mer la vitesse ou le sillage des vaisseaux, indépendamment des observations astronomiques et de l’impulsion de la force du vent ; et si à défaut de quelque méthode nouvelle et meilleure que celle du lock ordinaire, il n’y aurait point quelque moyen de perfectionner cet instrument au point de pouvoir en faire usage lorsque la mer est agitée, et d’empêcher la ficelle de s’allonger ou de se raccourci, du moins sensiblement, et s’il ne serait pas possible de mesurer par quelque instrument également simple et peu coûteux, le temps de trente secondes que dure ordinairement l’observation, plus exactement que l’on ne fait avec les sabliers dont on a coutume de se servir ? (Aubéry en 1775).

1771 : Donner un procéder plus simple et moins dispendieux que ceux qui sont connus (et qui, d’ailleurs, soit le plus sain) pour obtenir, par le raffinage, le sucre de la plus belle qualité et dans la plus grande quantité possible. (Non attribué).

1772-1774 : Éloge de Michel de Montaigne. (Talbert en 1774).

1772 : Quels sont les éléments les plus analogues à l’espèce humaine ? (Non attribué).

1773 : Quelle est la cause des bulles, des fils ou stries que l’on observe dans presque tous les verres optiques ? Quels seraient les moyens d’y remédier et de rendre par là ces verres plus propres aux opérations pour lesquelles on les emploie ? (Aucune pièce reçue).

1774 : Traitement des maladies qui enlèvent avant le septième jour des couches la majeure partie des femmes dont l’accouchement a été fort laborieux et contre nature. (Non attribué).

1776-1778 : Des propriétés médicinales du règne animal, de celles surtout des vipères, des écrevisses, des tortues, des cloportes, et du blanc de baleine ; analyse chimique et observations. (Thouvenel).

1776 : Quelle est la meilleure manière de tirer parti des Landes de Bordeaux, quant à la culture et à la population ? (Desbiey).

1777-1780 : Comment Bordeaux tomba au pouvoir des Romains et quels furent, sous leur domination, l’état, les lois et les mœurs de ses habitants ? (Non attribué).

1777-1779 : Des moyens à employer pour procurer à la ville de Bordeaux une plus grande abondance de bonnes eaux. (Non attribué).

1778 : Concernant la maladie des nègres. (Non attribué)(4)

1778 : Des plantes qui nuisent le plus aux prairies et des moyens de les détruire. (Non attribué).

1778 : Des moyens de préserver les nègres qu’on transporte d’Afrique dans les colonies, des maladies qu’ils éprouvent dans ce trajet. (Non attribué).

1779-1780 : Des moyens à employer pour empêcher les cheminées de fumer. (Non attribué).

1779 : Des indices qui peuvent faire connaître aux observateurs les moins exercés le temps où les arbres, et principalement les chênes, cessent de croître et où ils commencent à dépérir. (Non attribué).

1780 : Quelle est la loi hydraulique qui, en fixant la hauteur d’eau nécessaire pour le jeu des moulins, préserverait les fonds riverains d’inondation ; et s’il n’existe point de loi pareille qui puisse être générale et s’appliquer à toutes les différentes espèces de moulins à eau, placés sur quelque rivière que ce soit, quelles sont les lois particulières qui conviendraient à chaque espèce ? 2° Les circonstances du poids de l’eau, de son volume et de sa pente étant données, de quelle espèce doit être un moulin pour produire le plus grand effet ? (Non attribué).

1781-1783-1785 : De l’allaitement des enfants trouvés. (Non attribué).

1781 : Quels sont les insectes qui attaquent les différentes espèces de vignes, soit dans le temps de la durée totale de cette plante, soit dans les différentes étapes de sa végétation ? Et quels sont les moyens les plus simples et les plus efficaces de les détruire, et de remédier à leurs effets destructeurs ? (Non attribué).

1782 : Des indices qui peuvent faire connaître le temps où les arbres cessent de croître. (Brugmans).

1782-1783-1784-1785-1786 : Éloge de Montesquieu. (Non attribué).

1782-1784 : Indiquer les ouvrages qui traitent du Lecti minctio (incontinence d’urine pendant la nuit) ; quelle est la cause ou manifeste ou cachée, de cette infirmité ; quels en sont les principes, qu’elle soit habituelle ou par périodes régulières, ou à des intervalles inégaux ; quels sont les différents remèdes qui ont été proposés pour la guérir, et ceux enfin qu’une expérience constante peut faire regarder comme spécifiques ? (Non attribué).

1783 : La ville de Bordeaux sous les Romains, et quels furent sous leur domination l’état, les lois et les mœurs de ses habitants. (Non attribué).

1784 : Quel serait le meilleur procédé pour conserver le plus longtemps possible ou en grain ou en farine, le maïs, ou blé de Turquie, plus connu dans la Guienne sous le nom de blé d’Espagne et quels différents moyens il y aurait pour en tirer parti, dans les années abondantes, indépendamment des usages connus et ordinaires dans cette province ? (Parmentier)

1785-1787 : Peut-il y avoir des circonstances où le bien public exige qu’on gêne ou qu’on limite tel genre de culture ? (Non attribué).

1785-1787-1788 : Éloge du maréchal Gontault de Biron. (Vigneron).

1786-1787-1788-1789 : Éloge de Montesquieu. (Non attribué).

1786 : Existe-il entre les végétaux et les minéraux une analogie sensible et telle que par l’inspection seule des plantes qui croissent naturellement dans un terrain, on puisse reconnaître soit la qualité des terres, soit les espèces de minéraux qu’il peut renfermer ? (Non attribué).

1787-1788-1790 : Quels seraient les meilleurs moyens à employer pour prévenir le dépérissement des bois, et pour encourager et accroître ce genre de culture dans le royaume, et quel serait le régime le plus propre à assurer ces avantages ? (Non attribué).

1789 : Éloge du connétable Du Guesclin. (Non attribué).

1791 : Quelle serait la forme de scrutin la plus avantageuse à adopter pour assurer à la fois la liberté et la célérité des élections, quel que soit le nombre des électeurs ou des votants ? (Non attribué).

 



(1)Pierre Barrière ne prend pas en compte le Prix anatomie de 1717, pourtant il a bel et bien été proposé (Ms 834). Nous ne pouvons pas déterminer pour l’instant avec certitude le sujet, mais nous avons plusieurs pièces qui ont été envoyées dans le cadre de ce prix cette année-là : « Sur le cerveau d’un cochon » (Ms 828, VIII, 9 – 2 pièces), ou « La structure des tendons » (Ms 828, VIII, 10 – 4 pièces).

(2) L’abbé de la Quintine et l’abbé de la Baïsse semble cacher une seule et même personne. Pierre Barrière pense qu’il s’agit de Sarrabat. Pourtant une lettre de ce dernier accuse Mairan (Ms 828, XX, 33). À vérifier.

(3) ibidem.

(4) Prix extraordinaire non recensé par Pierre Barrière, et pourtant au programme du 13 janvier 1772. Voir Ms 1993, II.

ImprimerE-mail