Slam Espace Libre | Intention
21424
page-template,page-template-full_width,page-template-full_width-php,page,page-id-21424,ajax_fade,page_not_loaded,,select-theme-ver-3.2.1,vertical_menu_enabled,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12,vc_responsive
Intention
d’une recherche

Chercheur en cinéma, Sébastien Joumel, a entrepris de s’insérer dans la communauté slam de Bordeaux avec une caméra pour éviter le risque de la simple captation de performances et trouver une réponse à la question essentielle posée par ce projet, à savoir « comment filmer le verbe ? ».

 

Après avoir rencontré quelques difficultés relatives à la réticence des acteurs vis-à-vis d’un regard extérieur, la méthode d’« immersion participante » ou d’« immersion raisonnante » a semblé être la plus appropriée. Devenu slameur lui-même, le chercheur a pu découvrir toute l’étendue de la pratique du slam, de ce qu’elle engage et révèle des pratiquants, de l’écriture à la scène, de l’expérience du public à celle du slameur.

La première approche « classique » entreprise pour aborder le slam et les slameurs a assez rapidement trouver ses limites dans les résistances et les réticences des acteurs de la discipline vis-à-vis d’un regard extérieur. Certes, ils ne refusaient pas de parler devant une caméra, mais, par jeu ou par défi, ils pratiquaient la déstabilisation systématique. Sébastien Jounel a donc décidé de cesser de filmer pour s’essayer au slam pendant plusieurs mois en abandonnant la caméra. Abordés, dans un premier temps, sur la base de leurs différences, il a compris que saisir l’impulsion des poètes et leur implication dans cette activité nécessitait de partager l’expérience en écrivant et en montant sur scène comme eux, avec eux (immersion participante). Il a donc inversé l’approche pour les aborder sur la base de leurs ressemblances.

 

Les slameurs lui font alors confiance et se livrent parce qu’ils partagent la même expérience. La difficulté en tant que chercheur est de retrouver la distance nécessaire pour poser un regard « objectif » sur la pratique. Sébastien Jounel est finalement arrivé à la conclusion qu’il lui fallait assumer la subjectivité de son regard et que cela ne gâchait finalement en rien l’étude du sujet. Cette prise de conscience tardive a libéré son regard et son approche.