MSHA

Maison des Sciences de l'Homme d'Aquitaine



Programmes de recherche MSHA 2011-2015


Formes du savoir (1400 A 1750)

Est un programme interdisciplinaire et interuniversitaire de recherches associant les universités Bordeaux 3 (EA 4195 TELEM), Bordeaux 1 (EA 2971 Epistémé) et Paris 4 (EA 4089 Sens-Texte-Histoire), de même que l’école Nationale des Chartes et le Centre d’études Supérieures sur la Renaissance.

PORTEUR DU PROJET :

Violaine Giacomotto-Charra
Université Bordeaux 3
Maître de Conférences en langue et littérature du XVIe siècle
e-mail : Violaine Giacomotto-Charra

Pascal Duris
Université Bordeaux I
Professeur des universités en épistémologie et histoire des sciences
Directeur du laboratoire épistémé - EA 2971
e-mail : Pascal Duris

Bien que s’appuyant sur les résultats d’un programme en cours, intitulé « Le livre scientifique. Définition et émergence d’un genre (1450-1850) », qui s’interroge sur le livre scientifique en tant que support privilégié de la constitution de la science et de sa diffusion, ce nouveau projet ne constitue pas un simple prolongement du précédent. Le but, en effet, n’est plus ici d’analyser le support que constitue le livre scientifique et de dégager sa définition, mais de se poser la question des interactions entre la mise en forme du discours scientifique (linguistique, textuelle et générique) et le développement des théories scientifiques, en travaillant à partir d’exemples précis et limités. Le projet se fonde en effet sur le constat d’une triple lacune : dans le domaine des formes d’écriture scientifiques, d’abord, un travail considérable reste à faire sur la période charnière du Moyen Age tardif et de la Renaissance, pourtant particulièrement féconde ; la question du lexique scientifique, et tout particulièrement de l’adaptation des langues vernaculaires en plein essor à des disciplines scientifiques qui ne s’exprimaient jusque là qu’en latin, ensuite, est également un domaine que la recherche a peu exploré, alors qu’il pose la question cruciale des modifications que subissent la genèse, le développement et la diffusion de la pensée scientifique en passant d’une langue à une autre ; certaines disciplines, enfin, bien qu’au cœur des interrogations sur l’homme, sont largement négligées. Le projet souhaite donc d’abord conduire des recherches sur un domaine, la « forme des savoirs », jusqu’ici peu étudié à la fois parce qu’il se trouve au croisement de plusieurs disciplines universitaires et nécessite par définition un travail pluridisciplinaire, conjuguant analyses linguistiques, histoire des formes littéraires et histoire des sciences et des représentations, et parce qu’il enjambe les limites chronologiques traditionnelles. Il se déploiera suivant deux axes : « Formes de savoirs de la nature de 1400 à 1630 » et « études transversales des disciplines et des objets », portant plus précisément sur la météorologie et sur la question de l’apparition et de la transformation des machines.

Projet détaillé

Bilan 2011-2012

Site Formes du savoir